Entrainement : comment connaître sa vitesse ?

Selon les experts, l’être humain est composé de trois entités bien distinctes. Si d’une part il y a l’âme et l’esprit, d’autre part, il y a également le corps. Considéré comme étant un temple qui abrite l’âme, le corps peut subir des changements en fonction du régime alimentaire et des exercices physiques. Dans cette conception de l’enveloppe corporelle qui peut être affectée d’usure, le meilleur remède reste l’entraînement. À travers cet article, découvrez comment mesurer sa vitesse lors d’un entraînement.

Quelques précisions

En principe, la notion de vitesse suppose le temps de déplacement d’un point vers un autre. Toutefois, lorsqu’on parle d’entraînement physique, la vitesse arbore deux conceptions. À noter que seule l’une d’entre elles est utile pour l’entraînement. En premier lieu, il y a la vitesse de sprint tandis qu’en second lieu, il y a la VMA ou Vitesse Maximale Aérobie. En fait, la détermination de cette VMA permet à l’athlète professionnel ou non de savoir la quantité d’effort fournie lors de l’exercice. Ainsi, ce dernier peut améliorer son entraînement de manière drastique. Pour faire ressortir les informations sur cette VMA, il est indispensable de procéder à un calcul. Par ailleurs, en fonction des résultats, une courbe peut être tracée afin de faciliter la lecture.

Les paramètres

Pendant le calcul du VMA, plusieurs critères sont pris en compte. D’abord, il est important de chronométrer l’allure qui doit être constante. Ensuite vient le calcul du taux d’oxygène absorbé pendant une période donnée. Dans l’optique d’aboutir à un résultat convenable, les experts ont mis en place des tests différents. De surcroît, ces tests sont réalisés avec des distances variées ce qui permet d’acquérir des informations précises et éviter les erreurs. En outre, la tension artérielle et la fréquence cardiaque entrent en jeu lors de la détermination de la Vitesse Maximale Aérobie.

Les outils

Dans la mesure où les tests les plus probants nécessitent différents matériels performants, en général, les athlètes professionnels passent le test VMA en laboratoire ou en clinique. Alors, pour la mesure de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, les chercheurs utilisent un électrocardiogramme. En plus, le sujet est placé soit sur un tapis de course soit sur un vélo électrique de salon. À l’aide d’un tube placé dans sa bouche, l’athlète pourra expirer pendant l’effort, ce qui entraînera la collecte de gaz carbonique. Le taux ainsi relevé va permettre aux machines d’effectuer un calcul qui va aboutir à un résultat bien précis.

Entrainement : comment améliorer son équilibre ?
5 astuces pour récupérer plus rapidement